Première journée intense

Première journée intense

Ils étaient 180 compétiteurs à se présenter, ce matin, à l’ouverture du 20e Open d’Escalade du Salève-Annemasse. Avec les parents, les entraîneurs, les responsables, les supporters, le gymnase Robert Sallaz d’Annemasse s’est rapidement rempli. Après le briefing de bienvenue, la première journée, consacrée aux qualifications, pouvait commencer…

Le 20e Open d’Escalade du CAF Salève Annemasse se dispute sur deux jours. La première est consacrée aux qualifications, la seconde aux finales, accessibles seulement aux huit premiers de chaque catégorie, soit environ 80 coureurs. Aujourd’hui, tous les compétiteurs ont donc grimpé trois voies et tenté de réaliser les quinze blocs mis à leur disposition. »

« Aujourd’hui j’ai vu défiler 180 compétiteurs, » raconte Philibert Delullier, bénévole du CAF Salève Annemasse. « Notre mission consiste à vérifier que chaque grimpeur valide le bloc qui nous est attribué. Pour se faire, il doit tenir, à deux mains, la dernière prise pendant au moins deux secondes. Dès que la cotation s’élève, il faut de nombreuses tentatives, en moyenne trois à quatre, pour que les meilleurs réussissent le bloc. C’est donc un défilé permanent de coureurs. L’ambiance est très bon enfant. Il n’y a pas d’ordre de passage et tout se passe bien. Chacun y va de son conseil. Il y a peu d’individualité même entre clubs. »

Verticalité et torticolis
Sur le mur l’ambiance est plus verticale. Les points se comptabilisent en fonction de la dernière prise atteinte. Plus on va haut, plus on engrange de points. Constat relativement simple. Mais c’est la partie immergée de l’iceberg. En dessous des voies se trouvent les juges et les assureurs qui, têtes en l’air, scrutent chaque mouvement des compétiteurs, les uns pour les noter, les autres pour les sécuriser.

« Nous assurons en moyenne 50 personnes par jour, » explique Baptiste Emptoz-Lacote, bénévole au CAF Salève Annemasse. « Nous sommes garants de la sécurité dans les voies avec le contrôle de l’encordement et l’assurage à proprement parler. Nous sommes là au service des compétiteurs. Il faut être vigilant à chaque instant. Les plus petits se donnent à fond. Il y a une différence entre assurer un poids plume et un adulte. En cas de chute, environ cinq mètres de haut, nous devons nous adapter à chacun pour l’accompagner au mieux. Demain les voies se feront à Flash (en lecture directe). Les compétiteurs vont être plus tendus, les chutes plus exposées. Il va falloir être encore plus attentif. C’est un véritable défi que je relève avec plaisir puisque je revois certains de mes anciens élèves à qui j’ai appris à faire leurs premiers nœuds. Aujourd’hui, ils ont un meilleur niveau que le mien ! Mais qu’importe, pour assurer il faut laisser l’émotion de côté… »

Bienvenue à…
Parmi tous ces groupes, laissons la parole à Céline le Dily, responsable compétition du CAF du Pays de Gex :
« C’est notre première participation à l’Open du CAF Salève Annemasse. Nous avons créé le groupe compétition en 2010 et c’est la première fois que nous franchissons le Rhône pour venir concourir à une épreuve en Haute-Savoie. D’habitude, nous disputons les compétitions de l’Ain, mais paradoxalement celle d’Annemasse est la plus proche ! Nous sommes venus à sept, comité restreint… vacances obligent. C’est la première fois que nous participons à un combiné (voies et bloc). Il a fallu penser à une stratégie. Ainsi, d’abord j’ai imposé à mon groupe de réaliser les voies avant de se jeter sur les blocs, plus consommateurs d’énergie. Nous attendons les résultats avec impatience pour voir si cette méthode est payante. Qu’importe le résultat, nous sommes là pour le plaisir de la compétition, pour nous retrouver. Le groupe est jeune, 15 ans de moyenne d’âge. »

Que les meilleurs gagnent !
« Demain la compétition prendra un autre visage, » explique Philippe Bourraset, responsable des juges. « Le timing des qualifications est assez libre. Vous avez six minutes pour réussir chacune des trois voies imposées et toute la journée et autant d’essais souhaités pour valider les blocs. Demain, pour la finale, les compétiteurs devront respecter un rythme imposé : huit minutes pour réaliser la voie imposée sur le bloc, seize minutes de repos et enfin huit minutes pour venir à bout de l’unique voie de difficulté. Pour corser le tout, chaque grimpeur est mis à l’isoloir et ne découvre le bloc et la voie qu’au moment de concourir. »

Une fois les qualifications terminées le gymnase se vide des compétiteurs. Pour les bénévoles du CAF Annemasse la journée est loin d’être terminée. Ranger, nettoyer et préparer le gymnase pour dimanche. Quant aux ouvreurs, ils se lancent dans un véritable contre-la-montre. Une nuit pour remodeler complètement mur et bloc.

« Une belle première journée alors que tous les blocs ont été sortis et que les voies ont été réussies, » se félicite Frédéric Jentet, ouvreur. « Nous avons eu des retours enthousiastes des grimpeurs qui se sont gavés d’acides (lactiques). Nous sommes donc dans le ton. Pour les finales, Il n’y aura que très peu de changements à apporter à nos scénarios initiaux. »

Compétiteurs, dormez sur vos deux oreilles, les ouvreurs s’occupent de vous cette nuit !